Skip to Content
La Flandre ne peut pas abandonner les plus jeunes de Bruxelles.

La Flandre ne peut pas abandonner les plus jeunes de Bruxelles.

Lors de la réunion plénière du RVG (Conseil de la Commission de la Communauté flamande), la députée bruxelloise Els Rochette (one.brussels) a posé une question à la présidente du Collège Elke Van den Brandt concernant la fermeture imminente des centres de consultation Kind & Gezin à Bruxelles.

Nouvelles règles flamandes
La désignation de 10 des 19 centres pour l'enfance et la famille à Bruxelles est menacée. La nouvelle réglementation flamande veut une augmentation d'échelle. Mais cela se heurte à la réalité de Bruxelles, où 19 bureaux ne suffisent pas à fournir un service accessible et proche des familles. Certaines agences en Flandre ne respectent pas le nombre d'heures de consultation requis. Cela n'est pas dû à un manque de soutien. Cela n'est pas dû à un manque de besoin de soutien, mais plutôt à la nécessité de se concentrer davantage sur les bons référents.

C'est une bonne chose que la Flandre veuille augmenter la gamme et l'efficacité des bureaux de consultation. Mais la fermeture des crèches de Bruxelles n'est pas la bonne réponse. Nous avons absolument besoin d'une offre de base en néerlandais à Bruxelles, pour toutes ces familles qui ont des questions sur l'éducation de leur enfant, qui veulent des explications dans leur propre langue sur le développement physique et mental de leur enfant, sur les vaccinations. À Bruxelles, un enfant sur trois grandit dans la pauvreté. Pour ces familles vulnérables, le soutien de ces bureaux est d'autant plus important et nous devons le rendre le plus accessible possible en offrant des services dans tous les quartiers de Bruxelles.  

La nécessité d'un plus large gamme de services
La présidente du collège, Elke Van den Brandt, demandera au ministre Beke une période de transition. 

Les familles bruxelloises ne doivent pas être victimes de règles qui ne tiennent pas compte du caractère métropolitain et multilingue de Bruxelles. Le gouvernement flamand s'est engagé à proposer une offre à 30% des habitant.e.s de Bruxelles. Elle doit agir en conséquence. J'espère que le ministre flamand Beke ne veut pas fermer les services  et qu'il ne se contente pas d'accorder un report, mais qu'il réexamine les règles à la lumière de la situation à Bruxelles. Afin d'accroître leur efficacité, nous proposons d'investir davantage dans des centres dans les quartiers et dans une meilleure orientation des prestataires de soins, des hôpitaux, etc. vers ces centres de santé infantile néerlandophones. 20% et plus des familles bruxelloises fréquentent des structures d'accueil et d'enseignement néerlandophones. Plus tôt ils entrent en contact avec le réseau néerlandophone, mieux c'est.

 

Contactez-nous